Pois Chiche, la nouvelle adresse pour une cuisine du Moyen-Orient

Ouvert début juillet dans les Marolles, le restaurant Pois Chiche démarre fort. Il faut dire que sa cuisine du Moyen-Orient, faite maison et savoureuse, son cadre élégant et son concept entre resto et fast-food « en mieux » ont de quoi plaire.

Il aura fallu peu de temps à Pois Chiche pour trouver sa clientèle. En quelques semaines seulement, l’établissement situé place de la Chapelle dans les Marolles est devenu une adresse que l’on se refile entre amis. « On travaille sur le projet depuis un an et demi », explique Yezen, qui a lancé le restaurant avec son ami Thomas. Ils sont tous deux Bruxellois néerlandophones. « Je réfléchissais déjà à un concept de fast-food en mieux », indique Yezen, qui est diplômé en cuisine et s’occupe donc, chez Pois Chiche, des fourneaux. Thomas est côté bureau.

L’idée de la cuisine orientale s’est imposée lorsque Yezen, qui a des origines libanaises et jordaniennes, a remarqué qu’il y avait encore, d’après lui, trop peu de falafels à Bruxelles. Il imagine une sorte de cantine où il ferait goûter différents plats du Moyen-Orient. Mais il a fallu apprendre les recettes. « Ça m’a pris du temps pour tout maîtriser. J’ai demandé à mon père, mais ce n’est pas un cuistot. J’ai fait beaucoup de recherches, lu des livres. » Des dizaines et des dizaines de tests ont été nécessaires pour trouver la recette (et la texture) parfaite du falafel.

De la carte à la décoration, tout a été pensé. Thomas a insisté pour que l’aménagement soit le plus beau possible. « Tout doit être instagrammable », sourit son associé, c’est-à-dire que n’importe quelle photo du lieu ou des assiettes doit être jolie et donner envie au client de la partager sur les réseaux sociaux.

Si les gérants ne mettent pas cet aspect particulièrement en avant, sachez que Pois Chiche ne propose que des plats végétariens. « Tout végétarien, ça peut faire peur aux gens. Mais quand ils viennent ici, ils ne s’en rendent même pas compte. » Il existe des options sans gluten et vegan.

Quant aux produits, ils sont « à 85 % bio », assure Yezen. Leur pain pita vient du marché des Tanneurs. « On a travaillé un mois avec le boulanger pour trouver la bonne recette, c’était super chouette. » L’aspect durable a été pris en compte le plus possible.

Côté carte, nous avons testé le sabih (aubergines grillées, œufs, sauce à la mangue et aux pickles). « C’est un plat encore peu connu ici, mais pour mois, c’est le futur plat de l’année. » On a été en effet conquis par l’assiette, tant par le sabih que par la garniture, tout a été cuisiné et assaisonné avec soin. De quoi donner envie de revenir goûter le reste de la carte.

Marché de la chapelle 15, 1000 Bruxelles

Source: Sudinfo

ad

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*